Translate

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

LE TETRAGRAMME






Le Nom imprononçable de Dieu







Il se transcrit encore en YHWH, forme consonantique imprononçable, car pour nous Juifs il est interdit de prononcer le Nom sacré de Dieu.
Ils évitent encore ce sacrilège en l'appelant Adonaï (Seigneur) ou encore Ashem (le nom).

Les Juifs s'imposent une interdiction de prononcer le Tétragramme, basée sur le troisième commandement : « tu n'invoqueras pas le Nom de ton Dieu en vain »

Le judaïsme fut la première religion à enseigner le monothéisme, croyance en un seul dieu transcendant, qu'exprime la prière récitée plusieurs fois par jour comme profession de foi, Shema Israël (premiers mots hébreux de la prière): « Écoute Israël ! L'Éternel est notre Dieu, l'Éternel est Un. Tu aimeras l'Éternel ton Dieu de tout ton coeur, de tout ton être, de toute ta force. Les paroles des commandements que je te donne aujourd'hui seront présentes à ton coeur; tu les répéteras à tes fils; tu les leur diras quand tu resteras chez toi et quand tu marcheras sur la route, quand tu seras debout; tu en feras un signe attaché à ta main, une marque placée entre tes yeux, tu les inscriras sur les montants de la porte de ta maison et à l'entrée de ta ville. » (Deutéronome VI, 4-9).

Dans le judaïsme, le Nom de Dieu est plus qu'un titre distinctif, il représente la conception juive de la nature divine, et de sa relation aux hommes, et au peuple juif en particulier.
Afin de marquer son respect, sa révérence, sa crainte pour les noms sacrés de Dieu, les soferim (scribes des textes sacrés) marquent une pause avant de transcrire l'un d'eux, et préfèrent utiliser une autre marque de révérence lorsque marquer un nom de Dieu n'est pas nécessaire. Les divers noms de Dieu dans le judaïsme, dont tous ne sont pas des noms, mais des attributs, des métonymies, des épithètes ou des métaphores, représentent Dieu tel qu'il est connu autant que les aspects divins qui lui sont attribués.onelittleangel


Dans l'épisode du Buisson ardent Moïse dit à Dieu : « Voici, je vais trouver les Israélites pour leur dire : "Dieu de vos pères m'a envoyé vers vous." Mais s'ils me disent : "Quel est son Nom ?", que leur dirai-je ? Dieu dit à Moïse : "Je serais ce que je serais" (Ehyéh Acher Ehyéh) Ex 3. 13-14

אֶהְיֶה אֲשֶׁר אֶהְיֶה
Rachi dans son célèbre commentaire qui s'appuie sur la répétition du futur dit:
"Je serai avec vous, dans ce malheur et dans tous les autres malheurs qui viendront"

Le Nom est fait pour être caché comme dit le Talmud : ne lis pas : léolam " à jamais " mais " pour le cacher "

"Le Nom ne renvoie à rien d’autre qu’à lui-même ; différent d’un nom propre qui renvoie à la personne qui le porte, le Tétragramme ne renvoie pas à une autre réalité qui serait D.ieu. Le Nom offre l’impensable. Voir le Nom de quatre lettres c’est s’abîmer dans le néant, faire l’expérience du vide. " M. A. Ouaknin

Le Tétragramme a pour valeur numérique : 26

Dieu sous le nom d’Elohim porte les attributs de la justice, et sous le nom du tétragramme imprononçable porte les attributs de la miséricorde.

Aucun commentaire: