A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

CAIN ET ABEL



En Litterature
Aîné, cadet ou benjamin ?




D. dit à Caïn : "Où est Abel ton frère ?"
Il dit : "Je ne sais pas, (suis)-je le gardien de mon frère ?"
D. dit : "Qu'as-tu fait, la voix des sangs de ton frère crie vers Moi de la terre..."






Marc Chagall



Deux vocations humaines
Le second récit de la Bible est celui de Caïn et Abel. Il deviendra fondateur de l’histoire humaine inaugurée par un fratricide.


Genèse chapitre 4
1- Or, l'homme s'était uni à Ève, sa femme. Elle conçut et enfanta Caïn, en disant: "J'ai fait naître un homme, conjointement avec l'Éternel!"
2- Elle enfanta ensuite son frère, Abel. Abel devint pasteur de menu bétail, et Caïn cultiva la terre.
3- Au bout d'un certain temps, Caïn présenta, du produit de la terre, une offrande au Seigneur;
4- et Abel offrit, de son côté, des premiers-nés de son bétail, de leurs parties grasses. Le Seigneur se montra favorable à Abel et à son offrande.

Abraham ibn Ezra (1089 – 1164)
Et ce fut au bout des jours: lorsque Caïn travailla la terre il apporta une offrande vers le lieu fixé pour sa prière. Quant à cette interprétation qu’il apporta une offrande à son père, elle ne trouve pas grâce à mes yeux. Et du fait qu’il est écrit [pour Abel] « des prémices de son troupeau », cela est un signe que Caïn n’apporta pas de prémices.

Le fratricide

Genèse chapitre 4
8- Caïn parla à son frère Abel; mais il advint, comme ils étaient aux champs, que Caïn se jeta sur Abel, son frère, et le tua.

Rachi (1040 – 1105)
Et Caïn dit à Abel: Il commença à chercher querelle, et il trouve une raison pour le tuer.

Abraham ibn Ezra (1089 – 1164)
Et Caïn dit à Abel : d’après moi, il lui dit toutes les réprimandes exprimées par Dieu.


La relation fraternelle

il y a eu effectivement un débat. Caïn a dit quelque chose à Abel et, sans doute, Abel a-t-il répondu. Il y a un débat qui a mis en cause la fraternité, la coexistence fraternelle de Caïn et d'Abel. Les deux frères ont misé sur le partage du monde. Abel est l'homme religieux, l'homme croyant, et il aurait dit à Caïn : "Je renonce à ce monde et je m'en tiens à l'autre. "Caïn, l'homme réaliste, l'homme positiviste, a dit : "Eh bien, moi, je veux profiter de ce monde. " C'est le problème de la coexistence possible ou impossible entre l'homme qui est entièrement illuminé par Dieu et qui, par conséquent, renonce à ce monde et l'homme qui, au contraire, se laisse entièrement illuminer par la terre et qui renonce à tout au-delà. Au premier abord, la coexistence paraît très possible, or, on nous dit qu'elle est difficile. Le partage vertical, le partage du fait que deux frères seraient amenés à vivre ensemble de telle sorte que l'un ne vit que dans l'ici-bas et l'autre dans l'au-delà, est difficile. Caïn en tire les conclusions, en disant: "Tu n'as plus de place ici, tu me gênes par le fait même que tu es là dans ce monde qui est à moi; les quatre coudées que tu occupes sont encore quelque chose qui m'appartient à moi et je ne puis que te faire disparaître." Inversement, Abel dira un jour à Caïn, quand Caïn passera par la porte de l'au-delà : "Tu n'as pas de place ici." La recherche d'une coexistence, ou plutôt d'une communion fraternelle, d'une vie fraternelle, ne peut se faire que dans la mesure où, simultanément, chacun des frères accepte d'être à la fois dans l'ici-bas et dans l'au-delà; chacun accepte, pour les deux réunis, une part de vie immanente et une part de vie transcendante, une part de destin immanent et une part de destin transcendant

Its'hak – J. Claude Blum Un enseignement de la Torah
Question : Qu'a dit Caïn à Hevel avant de le tuer ?
-Cette conversation nous aurait appris la raison de ce crime...!
Pourquoi la Torah ne nous en informe-t-elle pas ?
Pour répondre à cette question, nos Sages se sont livrés à une petite enquête :

a) Les relations entre les deux frères étaient bonnes, car le texte revient par deux fois sur les termes "son frère", comme pour bien faire ressortir l'amour fraternel qui les unissait.

b) Au sujet de l'endroit où se produit le crime, nous constatons une précision particulière : dans le champ et non dans "un" champ.

Nos Sages ont recherché les différentes significations du mot dans le Tana'h.
Ils en ont trouvé trois : - champ -femme -temple.
Trois "midrachim" basés chacun sur une des significations du mot , nous éclairent sur les raisons possibles du crime.
1) CHAMP : Caïn et Hevel ont décidé de se partager le monde : Caïn prend les terres;
Hevel prend les objets mobiliers.
"Un jour qu'ils étaient dans le champ, Caïn dit : la terre sur laquelle tu te tiens est à moi.
L'autre répondit : "Les vêtements que tu portes sont à moi. Ote-les..."
Et le premier : "Envole-toi...."
Raison du crime : POSSESSION des biens matériels

2) FEMME : A la naissance, Caïn eut une soeur jumelle, et Hevel en a eu deux
"Un jour qu'ils étaient dans le champ, Caïn dit : La deuxième fille qui est née en même temps que toi est pour moi, car je suis l'aîné."
Hevel répondit : Elle est pour moi puisqu'elle est née en même temps que moi...." - meurtre
Raison du crime : PASSION

3) TEMPLE : Caïn et Hevel ont décidé de se partager le monde.
Chacun décide des limites qui lui appartiendront.
"Un jour qu'ils étaient dans le champ, Caïn dit : "Plus tard, le Temple sera construit sur mon territoire..." Hevel répondit qu'il serait sur le sien, et comme preuve il rappela que c'est son sacrifice à lui avait été accepté...meurtre.
Raison du crime : HONNEUR

L'étude de ce texte nous enseigne que si Caïn tua Hevel,c'est soit pour une raison de :
- POSSESSION -PASSION -HONNEUR

*

Ecoutez sur akadem La rencontre impossible - Caïn et Abel

Gilles Bernheim, Grand Rabbin de la Synagogue de la Victoire

Aucun commentaire: